You are currently viewing Pourquoi les méchants veulent-ils toujours détruire le monde ? (ou ce qui les entoure)

Pourquoi les méchants veulent-ils toujours détruire le monde ? (ou ce qui les entoure)

Par Siana, le 11/05/2021

C’est vrai, quoi, on en a lu et entendu des « Vous allez tous mourir, idiots que vous êtes, mouhahahaha ! »
Mais pourquoi sont-ils si méchants ? Pourquoi veulent-ils autant détruire le monde ?
(Parce queeeeee !)

Non, ici, je m’intéresse plutôt aux méchants qui ont une VRAIE raison d’agir. Car ce sont eux les plus intéressants, eux qui nous permettent de les haïr ou d’adorer les détester (ou parfois même de les aimer).

Une simple justification ?

Prenons Voldemort, dans la saga Harry Potter. On nous le vend dès le début comme un méchant tellement horrible et légendaire qu’on lui a trouvé un surnom digne de la terreur qu’il inflige : Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom. Aussi parfois nommé affectueusement Vous-Savez-Qui
Si l’on peut deviner sans difficulté l’inspiration à l’origine du « suprémacisme sorcier » prôné par Voldemort, ce n’est pas qu’une idéologie, pour lui. Il s’agit aussi d’un état d’esprit plus général, exprimé par les bouquins et films qui racontent l’enfance de Tom Jedusor. Ainsi, l’explication officielle vient du philtre d’amour utilisé par sa mère : un enfant conçu sans vrai amour est incapable d’aimer.
Soit, c’est une idée qui justifie sa propension à torturer et tuer sans remords. S’il n’éprouve aucune empathie pour autrui, on peut sans doute diagnostiquer à Voldemort un profil de psychopathe.
Mais s’il n’y avait que ça…

Des difficultés bien humaines

Heureusement, je me satisfais rarement d’explications aussi simples ! Et le fait est que, si on pousse davantage l’analyse de Voldemort, il devient soudain beaucoup plus intéressant !

En dehors de la justification donnée, Tom Jedusor a de gros problèmes. Humainement. Le pauvre a déjà un passé difficile, avec l’abandon et le rejet de son père (dont il porte le nom, de quoi le détester encore plus !), puis le décès de sa mère. S’ensuit une enfance dans un orphelinat moldu, où forcément il ne se sentait pas à sa place, ce qui a pu favoriser chez lui une difficulté à gérer le rejet… et ses émotions, de manière plus générale.
En fait, on peut dire qu’il n’a jamais vraiment appris à aimer les autres, jamais reçu de vraie empathie (ou trop tard, avec Dumbledore). Et même si c’est triste, je trouve cette explication beaucoup plus réaliste que celle avancée avec le philtre d’amour.

La construction de l’adulte

Après avoir grandi dans ces conditions, on se retrouve donc avec un adulte dévoré par un vide affectif énorme et hanté par le rejet. Il y aurait également un sentiment d’injustice sous-jacent que ça ne m’étonnerait pas… Bref, un bon cocktail propre à développer de manière démesurée ce besoin de reconnaissance (et donc d’être aimé, de se sentir exister) qu’on a tous.

Voilà, tel serait Voldemort, un méchant perdu entre son besoin d’amour et un besoin de justice tel qu’il en devient vengeance. Il rallie donc à lui des adeptes qui l’aideront à rejeter à son tour ces moldus qui symbolisent sa souffrance (à cause de son enfance), de manière à se sentir enfin compris et aimé dans son propre cercle. Mais comme il gère mal ses émotions, il reste du genre à vouloir couper le problème à la racine quand on le rejette ou qu’on le trahit, et donc à tuer à tour de bras… Parce que la sensation de pouvoir donne elle aussi le sentiment d’exister.

Des raisons qui donnent du sens

Malheureusement, il faut creuser pour trouver tout ça, se poser des questions, analyser, parfois interpréter… Les méchants de fiction ne se révèlent pas toujours développés, ni bien caractérisés, ni suffisamment exploités. Certains font trop pâle figure au premier abord, d’autres n’ont même pas grand-chose à offrir quand on creuse. Mais quand ils s’avèrent bien construits, cela donne au moins du sens à ce qu’ils sont. Ce qui contribue aussi souvent à donner du sens à ce qu’ils font. Raison personnelle, vengeance, jalousie, colère, peur, haine…  Souvent des émotions négatives, non ?
Dans un prochain article, on parlera d’un de mes méchants préférés qui, au contraire de Voldemort, a sombré d’avoir trop aimé et peur de perdre ses proches… (Saurez-vous deviner qui c’est ?) Mais en attendant, décortiquons les différentes versions de Maléfique !

Et vous, que pensez-vous de Voldemort ? Avez-vous d’autres exemples de méchants avec leurs raisons de vouloir tout détruire ? ✨

Vous pourriez aussi aimer…
  • Anergique : relation de dépendance ou soumission orchestrée ?
    Quand la relation de dépendance de vampires énergétiques croise la haute société victorienne de Londres... Qui est vraiment soumis ? Qui est vraiment libre ?
  • Game of Thrones : une leçon de respect, de violence et d’amour ?
    Les rois et reines de Game of Thrones sont de grands conquérants, mais leurs méthodes divergent. Qui sait vraiment le mieux s'en sortir ?
  • Scrooge : que peut-on apprendre de soi-même ?
    Scrooge a toujours été un vieux radin... mais que peut-on vraiment apprendre de soi-même, lorsqu'on accepte de se remettre en question ?
Partager l’article :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires